Accueil site
(Les références bibliographiques et les appels de notes de fin sont indiqués par des hyperliens rouges.)

La Continuité Ultime

L'éveil

Présentation de l'éveil

141 142 Pure, acquise, libre et bienfait double,
Fondamentalement profonde,
Vaste, souveraine, durable autant
Que saḿsāra, telle qu'en elle-même,
La Terre de l'éveil s'établit
Par une essence, une cause, un fruit,
Une fonction, une possession,
Une présence, permanence et par
Son inconcevabilité.
141 Le fruit du chemin ultime, le maître mot de la réalisation, est l'éveil. L'éveil possède, est-il dit, huit attributs spéciaux : "pur des voiles, acquis par la puissance de l'habituation au chemin, libre de ce qui était à abandonner; accomplissant le bienfait propre et d'autrui, multiple à travers la profondeur du corps de réalité, la vastité du corps de jouissance, la souveraineté du Corps d'émanation, possédant les forces, etc., fondamentales pour cet accomplissement des deux bienfaits, durable autant que le saḿsāra, étant par nature tel qu'en lui même, vacuité (dharmatā)". C'est ce qui est dit.
142 En effet [ces huit prédicats s'appliquent aux] huit points établissant la terre de l'éveil, le fuit ultime :
. ["Pur" s'applique au] point de l'essence, dotée des deux puretés, celle parfaite naturelle à la vacuité (dhātu) et celle [découlant] de la séparation de la vacuité d'avec les taches adventices "éliminables";
. ["Acquis" s'applique au] point de la cause, celle de l'acquisition [de l'éveil], méditer et adopter résolument une ligne de conduite post méditative [correcte];
. ["Libre"s'applique au] point du fruit, qui est la libération des deux voiles maculants, à partir de l'habituation au chemin ;
. ["Double bienfait" s'applique au] point de la fonction, l'accomplissement des deux biens, propre et d'autrui, permise par l'élimination des voiles ;
. ["Possédant les forces, etc." s'applique au] point de la possession, celle de qualités inimaginables fondant l'action éveillée ;
. ["Multiple" s'applique au] point de la présence sous trois corps clairement distincts, celui de cette essence même et ceux de jouissance et d'émanation ;
. ["Durable" s'applique au] point de la permanence de ces trois corps, aussi durables que [la présence d'] êtres dans l'espace ;
. ["Tel qu'en lui-même" s'applique au] point de l'inconcevabilité, celle de ce mode [d'être de l'éveil] tel qu'en lui-même inconcevable pour les êtres ordinaires .
143 Dite "la Claire lumière naturelle",
Elle est un soleil et un ciel,
L'éveil éternel et constant,
Permanent, de toute qualité,
D'un bouddha non entaché par
La nébulosité épaisse
De l'inconnaissance, des passions,
Un éveil obtenu depuis
Les sagesse non conceptuelle
Et analytique des dharmas.
143 Quel est cet abandon du sommeil [de l'ignorance] ( sangs =budh-) et cette ouverture ( rgyas =-dha), don de deux puretés, dite par les textes de sens définitif, [état de] claire lumière naturelle  ? L'éveil. Celui-ci, en tant que tel se prête à quatre [approches] différenciées :
( a ) en tant que l'essence particulièrement pure d'une sagesse ouverte comme le soleil et d'un dépouillement transparent comme le ciel ;
( b ) en tant que la disparition des voiles, l'absence des souillures masquant de leur épaisse nébulosité : l'absence des voiles de l'inconnaissance et des souillures adventices des passions ;
( c ) en tant que l'appropriation directe de l'éveil (sangs rgyas) sous la forme de la nature (ngo bo) éternelle, constante, qualifiée en tous points par les pouvoirs, etc., d'un bouddha non entaché ;
( d ) et cet éveil peut être approché particulièrement sous l'aspect de la cause primaire de son obtention, l'adoption résolu du chemin [de la sagesse] depuis la sagesse complètement non conceptuelle de tout dharma, méditative, et la sagesse analytique de tous ceux qu'il y a à connaître, post méditative.
Page précédente                                            Haut de la page                                                                   Suite