La Continuité Ultime

L'activité éveillée

Présentation

214 Allant aux temps et lieux voulus
Pour leur tâche qui est de guider
Par tout moyen d'entraînement
Dans leurs dispositions ceux qu'il
Leur faut guider, les pénétrants
Souverains s'engagent toujours dans
Un accomplissement spontané.
214 Quand ils font le bien des êtres, les bouddhas, connaissant dans leurs [degrés de] noblesse spirituelle, tendances dormantes, pensées et dispositions, l'infinité des êtres qu'il leur faut guider, manifestent tous les moyens d'entraînement, quelques soient ceux appropriés. Multiples sont les dispositions à cultiver et leur tache est de guider en fonction de celles-ci, établissant [les êtres soit] dans des catégories élevées [de renaissances, soit] dans l'excellence certaine. Allant aux temps [propices] à l'entraînement, quelqu'en soit l'époque et, parmi les abyssaux royaumes mondains, au lieu, quelqu'il fut, où est présent le disciple, pénétrants souverains, les parfaits bouddhas, s'[y] engagent spontanément, toujours, dans un accomplissement spontané, sans l'effort d'une pensée parcellaire ou autre.
215 Océan d'eau de prime sagesse,
Ils recèlent la masse des joyaux
D'ultimes qualités et rayonnent,
Soleil de mérite et sagesse.
Tous les véhicules accomplis,
Ils sont pénétrants comme le ciel,
Sans centre ni périphérie.
Leur souffle de compassion chasse
Les nuages des passions et de
L'inconnaissance, eux qui contemplent
En tout être indifféremment
Le trésor de qualités sans
Souillures de la bouddhéité.
215 Il est dit : "L'activité d'un vainqueur est ininterrompue car elle a d'excellentes causes :
- la cause de la délivrance (nges par 'byin pa'i rgyu), [le parcours] des dix terres de bodhisattvas, tel un vaste océan entièrement empli de l'eau d'une sagesse immaculée et recèlant une multitude, une masse de joyaux ultimes, les qualités des dhārańis, samādhis, etc.
- la cause conductive [à cette délivrance] (nye bar ston pa'i rgyu) est l'accumulation de sagesse et de mérite qui, telle le soleil et ses rayons mûrit complètement les êtres, et à partir de laquelle les véhicules, les chemins des êtres sans exception, sont accomplis avec certitude (nges par bsgrubs pa).
Et il en a obtenu l'excellent fruit, le grand éveil pénétrant comme le ciel par sa vastité, son absence de centre et de périphérie.
L'activité du bouddha est ininterrompue car, après avoir obtenu l'éveil, il prend en charge complètement tous les êtres en qui il contemple indifféremment la présence dès l'origine, tel un trésor, de l'authentique bouddhéité dotée des qualités naturellement sans souillures des [dix] pouvoirs, etc.
Comment ? Alors que le céleste cœur du vainqueur doit être rendu net [à la phase impure des êtres] des voiles de l'inconnaissance et des passions, voiles adventices obstructifs à l'instar d'un nuage, la condition de cet éclaircissement est la grande compassion du Vainqueur dont le souffle puissant chasse complètement la nuée de leurs taches."
En somme, l'activité éveillée du bouddha oeuvrant par compassion à défaire les voiles des êtres sensibles, est enseignée comme un épanchement ininterrompu, qu'elle associe temporairement les incorporés aux deux accumulations, aux dix terres, aux deux accumulations ou ultimement, à l'éveil.
Page précédente                                            Haut de la page                                                                               Suite
Accueil site
(Les références bibliographiques et les appels de notes de fin sont indiqués par des hyperliens rouges.)