Accueil site
(Les références bibliographiques et les appels de notes de fin sont indiqués par des hyperliens rouges.)

La Continuité Ultime

Dharma

9 Lui qui n'est pas non-existant, qui n'est pas existant,
Existant et non existant, qui ne se prête pas à une imputation
En tant qu'autre qu'existant et non existant,
Qui est libre de définitions, intelligible sur le mode réflexif même,
Qui est pacifié, je me prosterne
Devant ce soleil du Dharma authentique
Rayonnant de la lumière de la prime sagesse,
Les souillures en étant absentes,
Il est un triomphe complet
Sur l'attachement, le rejet,
L'aveuglement envers
Tout objet d'observation.
Le Dharma authentique, en terme de vérité de la cessation, lui qui est la libération complète de l'attachement, dimension du réel, siccéité, de la nature de la vérité absolue est inconcevable :
  1. 1) car il est parfaitement affranchi de la fabrication mentale à partir des quatre pôles : il ne tombe pas dans l'extrême du néant, de la non existence car il existe comme domaine d'action d'une sagesse se connaissant elle-même ; il ne tombe pas dans l'extrême de permanence, n'étant pas existant, produit depuis un début comme une chose relative et adventice ; il n'existe pas en tant que ou n'est pas une base commune à une existence-non existence car il a été réfuté comme n'étant pas un de ces [deux] extrêmes d'existence et de non-existence et car ceux-ci sont réciproquement contradictoires ; n'étant pas établi comme une double existence-non existence, il ne se prête pas non plus à une imputation en tant que [chose] double autre que ces deux existant-non existants.
  2. 2) car il est libre de définitions, étant au delà du domaine de l'expérience verbale et de l'expression par une convention d'acceptation ou établie.
  3. 3) car il n'est pas montrable par l'exemple ni le raisonnement.
  4. 4) car il est au-delà du domaine d'expérience d'une connaissance objective, n'étant intelligible que sur le mode réflexif lui-même par les nobles [bodhisattvas].
Il est non-duel car le karma et les passions, la racine du saḿsāra, y ont été pacifiés. Il n'est pas fictif car la cause de ce karma et de ces passions, les concepts inadéquats y sont complètement apaisés. Je me prosterne devant ce soleil, le Dharma authentique de la vérité de la voie . Il est parfaitement pur en l'absence des souillures des passions et les empreintes karmiques Il a la qualité de clarté car il rayonne de la lumière de la connaissance directe en tous ses aspects, prime sagesse libre des voiles de l'inconnaissance
Il est antidotique car il est un triomphe complet, envers tout objet d'observation, sur l'attraction, l'attachement vis-à-vis de ceux agréables, sur le rejet et l'irritation vis-à-vis de tous les désagréables et au milieu, sur la stupeur et l'ignorance, telles les ténèbres de l'aveuglement. Je me prosterne avec foi devant le Dharma, ce soleil, authentifié par ces trois points. (Voir commentaire complet du KTGR) (24)
10 Inconcevable et sans les deux
Passions et actes, ni concepts,
Pur, clair, amicale antidote,
Libéré et libérateur
D’attachement, c’est le dharma
Porteur de ses deux vérités.
10 Avec l’explication immédiate ci-dessus, le joyau du Dharma est enseigné soit en six, soit en huit qualités. Il est inconcevable pour une cognition conventionnelle (25), sans les deux passions et actes ni concepts [appliqués à] l’impropre, la cause de ces deux actes et passions. Soit trois qualités. Puis il est pur, d’une essence sans taches, clair car mettant en lumière tous les phénomènes et faisant l’amitié d’une d’antidote (gnyen po’i phyogs) par rapport aux trois poisons. Soit trois autres qualités qui nous font [au total] une substance en six subdivisions. Ou encore, si on retient ce qui subsume ces qualités, les trois premiers aspects constituent la vérité de la cessation en tant que fruit, en tant que ce qui est libéré de l’attachement, puis les trois suivants, la vérité de la voie, en tant que cause, en tant que ce qui est libérateur de l’attachement. Doté de huit qualités car porteur de ces deux vérités d’une totale pureté, c’est ce qui en fait le Dharma authentique.
11 Délivrance de l’attachement
Il tient en les vérités de
La voie et de la cessation.
On le connaîtra à travers
Les trois qualités de chacune :
12 L’une inconcevable, puisque
Indicible et inexprimable,
Intelligible pour l’éminent,
Paisible car sans les deux actes
Et passions, enfin, sans concepts.
Et l’autre, pureté, clarté,
Antidote, telle le soleil.
11 Que signifie ’Dharma” en terme de délivrance de l’attachement (26)  ? Le fait qu'il contient la vérité de la cessation, le résultat de la libération de l’attachement, (1) et la vérité de la voie libérant de l’attachement (2). Ces deux vérités étant conservées dans ce même ordre, on saura aussi de celles-ci, que les trois qualités d’inconcevabilité, d’absence des deux [actes et passions], d’absence de concepts désignent la vérité de la cessation dotée d’une double pureté, et que les trois qualités de clarté, pureté, antidotisme, désignent la vérité de la voie propre à opérer une purification.
12 Reprenons les caractéristiques qui nourrissent la louange ci-dessus puis expliquons en quoi elles sont valides au fur et à mesure où elles se présentent.
La vérité de la cessation, le dharma qu’il faut obtenir, est inconcevable pour un esprit de ce monde (27) pour trois raisons : elle est un domaine indicible pour une pensée s’en tenant aux quatre pôles d’existant, non existant, etc. ; elle est un domaine inexprimable par l’analyse sémantique (nges pa’i tshigs) usant de signes et de conventions; elle est intelligible pour la sagesse de l’intelligence réflexive personnelle (28) d’un éminent (bodhisattva) en absorption équanime.
Elle est sans les deux passions et actes car elle est la pacification des émotions et de ce qu’elles suscitent, le karma souillé qui les accompagne. Et elle est non conceptuelle car elle est pacification des pensées parcellaires dues à une activité mentale impropre, et qui est la cause de ces passions et de ces actes. Ici intervient la particule continuative de.
Quant à ces qualités de la voie de la vision et de la méditation, qui causent l’obtention de cette vérité de la cessation, c’est à dire, la pureté, la clarté, l’antidotisme, elles sont trois aspects, trois similitudes qualitatives telles que la vérité de la voie est dite telle le soleil. Si l’on met en rapport ces similitudes, on dira que de même que l’orbe solaire est parfaitement clair, la vérité de la voie est pure de toutes les taches des passions. De même que le soleil éclaire toute forme, la vérité de la voie illumine tous les aspects du connaissable, tous facteurs positifs (yon tan gyi chos). Autant cet orbe solaire vainc les ténèbres, autant la vérité de la voie est un antidote aux obstacles à la vision de l’ainsité.
Page précédente                                            Haut de la page                                                                              Suite