Baudha a beaucoup profité, en terme de développement, de l'implantation de la communauté tibétaine. Sa présence  a drainé
des bouddhistes du monde entier, qui ,apportant des devises, ont permis de bâtir monastères, écoles,... les terrains autrefois
agricoles, prenant de la valeur. On a vu l'émergence d'une classe moyenne : voitures modestes mais neuves (comparées aux
inénarrables et tragiques véhicules auxquels on était habitué) ; les enfants, (des enfants...) vont à l'école, un commerce avec
prix affiché (!) est apparu ici et là. Et surtout, sans que je sache comment c'est organisé, Baudha bénéficie de services de
voierie qui maintiennent un niveau de propreté  qu'on retrouve rarement à Kathmandou.
Ceci dit, Baudha s'étend si vite, avec les pauvres gens attirés par cette prospérité, qui viennent construire des abris précaires,
des slums, qu'on peut se retrouver sans prévenir au gré d'une ballade dans des zones marquées par une  misère sinistre.
Cliquez sur l'image, déplacez la souris sur l'image suivante.
A gauche, une court film montrant la vallée de
Kathmandou depuis Pulhari. En cette fin d'hiver, la
pollution ne s'est jamais levée, et on voit la couche de fog
qui recouvre la ville.
- C'est un peu raté (!),  fait sans téléobjectif,  avec un
appareil photo, ça bouge, mais comme on dit, ça donne
une idée.
Marpa Network France
Media