Chants anciens et modernes de la tradition kagyupa



Prière de longue vie du
Khenpo Tshultrim Gyamtso R°
Composée par le XVIIe Karmapa
Auréolé des qualités d'une pure éthique, l'océan

Des enseignements brillent pour vous, clairs dans leurs spécificités,

Et authentique ami de bien, vous chantez aux dix directions

De profondes odes mystiques sur la vue, la méditation.

Que d'un pas ferme, lotus, vos pieds puissent longtemps ce sol arpenter! (bis)
Chacun sait
Chacun sait qu'un croisement de causes,
Conditions d'où naîtraient les choses,
N'est qu'illusion mais pourtant
TI faut un yogi excellent,
A l'esprit comme un couperet,
Pour rompre les mailles du filet !
Ce mental en mouvance, chacun
Sait que même les parois d'airain
D'un coffee ne feront qu'il reste
Inerte, mais cette manifeste
Activité, c'est le sire des
Yogis qui voit sa vacuité !

Chacun sait que même la main
D'un Victorieux ne peut mettre fin
A l'émergence des six consciences.
Elles ne peuvent pourtant plus capter
L'attention du yogi éclairé,
Pour qui nul objet par expérience,
Ne gît derrière les apparences !
Pour qui nul objet par expérience
Ne gît derrière les apparences!
Tibetan p 564
 
Chacun sait que l'esprit pense
Plus de choses qu'il ne danse
De grains de poussières au soleil,
Mais seul un esprit sans pareil
Connaît la trame originelle,
Où se tisse sans cesse le réel !
Chacun sait que l'esprit lance
Tant d'idées soudaines que cent lances,
Dressées les laisseraient passer
Mais celui qui sait inverser
L'attraction qui en nous les lève,
Ces idées, est un yogi de rêve.
Happy ending song (f.)(vers.2)
1  Oh, Lama, moi  le vagabond,
   J'invoque ta noble présence
   Fais que, je reste par ta grâce
   En ma retraite sur les monts!   
2 Dusse- je mourir en leur sein
   Sans alliés qui soient conscients
   De mes bonheurs, ni ennemis  
   De mes malheurs, que mon dessein  
   De yogi serait accompli!   Bis
Les abeilles butineront
   Ma pourriture. Mes nerfs, tendons,   
   Nourriture des vers ;  mourir  
   En ces montagnes, accomplirait  
   Le dessein de ce naldjorpa!   Bis
9 Dans sa grotte, d'une vallée déserte  
   Un pauvre hère fait cette prière  
   De souhaits, pour que sa dernière  
   Heure participe du bien des êtres.
   Si c'est le cas, son intention  
   Aura eu son accomplissement. Bis

      Trad. musi.:Etienne Loyon..
6 Sans trace de pas vers un seuil   
   Sans taches de sang sur le sol  
   D'une maison, finir sa vie,  
   En ces montagnes, accomplirait  
   Le dessein de ce naldjorpa!   Bis
.
7 Sans personne pour faire une cour  
   A ma dépouille ni des yeux   
   Pour verser des larmes, mourir  
   En ces montagnes, accomplirait
   Le dessein de ce naldjorpa! Bis
8 Sans un quidam pour demander
   "Ou est- il passé?", sans   que   l'on
   Me dise ici ou là, mourir  
   En ces montagnes, accomplirait  
   Le dessein de ce naldjorpa!   Bis
Sans que mes amis s'aperçoivent
   Que j'ai vieilli, et sans ma sœur,
   Que je suis malade, mourir  
   En ces montagnes, accomplirait  
   Le dessein de ce naldjorpa!   Bis
Sans que l'on sache que je suis  
mort,  
   Sans oiseaux pour guet- ter mon
corps,
   En train de se corrompre, mourir  
   En ces montagnes, accomplirait  
   Le dessein de ce naldjorpa! Bis
Conseils d'un Maître à ses disciples
Mes disciples aussi confiants, diligents qu'intelligents,
Ecoutez mes paroles, elles vous seront utiles !

Cette vie, voyez-la comme un rêve, un reflet de lune sur l'eau,
Tourbillon deviendra pilier de Samadhi !
Claire lumière, nature de l'esprit, aussitôt qu'elle est révélée,
Vos peines deviendront alliées de vos efforts.

Lorsque amour, compassion, sont nés, peu importent amis, ennemis,
Pour vous ils seront tous complices de ce grand cœur.
Comprenez bien que samsara et nirvana sont identiques.
Tout sera apaisé là même où tout est né.

Voie profonde des moyens habiles saisie, les conditions
Adverses vous aideront sur le chemin sur la voie de l’éveil.
Extase profonde, nature ultime, dévoilée, toutes vos souffrances Deviendront les joyaux de cette félicité.

Tibetan p 564
A la Dent Blanche
1 Marpa le traducteur, Mikyeudpa en essence,
Seigneur au Noble cœur, tu me l'avais prédit:
Bientôt mon enseignante serait l'impermanence.
M'enchaînant sous le charme de sa rhapsodie,
Elle se révélerait de l'illusion maîtresse.
Bénissez-moi d'une foi ferme en l'enchanteresse ! 
2.Les êtres et les choses du manifeste, fugaces,
Se transforment: en devenir, ils n'ont point d'asile
Et vont ! Car tous les phénomènes qui prennent place
Dans la roue de la vie, le font en vain. Futile,
J'y ai joué mon rôle, mais aujourd'hui, je viens
Pratiquer le Dharma, cet acte au sens divin !
3.Mon père menait sa vie, moi je n'étais pas né.
Un jour j'avais grandi mais lui n'était plus là !
Histoire de deux absents croyant se rencontrer,
Absurde face à face qui jamais ne germa !
Sur le pic Dent blanche d'étalon, le fils vient
S'adonner au Dharma, cet acte au sens divin!
5.Petite soeur m'attendait mais moi, j'étais au loin.
Je retourne la voir, la misère l'a chassée !
Etrange fratrie que celle où les pas de chacun,
Loin de vous réunir vous servent à errer !
Sur le Pic Dent blanche d'étalon, le fils part
Pratiquer le Dharma, utile et sublime art !
6.Ils étaient sans servants, tous nos ouvrages pieux:.
Je revins pour les lire, les pages étaient mouillées!
L'ondée entre les tuiles avait trempé les dieux !
Que peut faire ce lecteur courbé sur ces papiers?
Sur le pic Dent blanche d'étalon, le fils part
Pratiquer le Dharma, utile et sublime art !
8-La terre donnait ses fruits, mais la ferme était sans
Personne pour travailler! Je vins avec ma serpe,
La prêle mangeait les champs:
A quoi bon paysan
Se faire moissonneur d'un pré de folles herbes?
Sur le pic Dent blanche d'étalon, le fils part
Pratiquer le Dharma, utile et sublime art !
9-Travail, famille, patrie, dites choses de la vie,
M'ont été peu propices. Elles vous plaisent? Allez-y !
Puisse ta grâce garder, bon Marpa -traducteur
Ce clochard en retraite sur les monts enneigés !
Puisse-t-elle conserver, bon Marpa-traducteur,
Ce mendiant pratiquant jusqu'à la liberté !
7-A notre foyer, personne pour allumer le feu.
Quand je vins avc mes silex, trop tard les ruines
Croulaient sur l'atre froid; si maître de ces lieux
Je fus, ce bonheur a disparu dans la bruine.
Sur le pic Dent blanche d'étalon, le fils part
Pratiquer le Dharma, utile et sublime art !
4.Moi, le fils, je manquai quand la mère était forte.
Telle une fleur fanée, le jour où je revins,
D'avoir tant vieilli, déjà elle était morte.
Duo de deux fantômes au couplet resté vain!
Sur le pic Dent blanche d'étalon, le fils vient
S'adonner au Dharma, cet acte au sens divin!
Le Tango du yogi
Au sein de vos temples de pierre
Abondent les querelles et les guerres !
C'est de son corps que le yogi
Fait l'enclos bel où il médite,
C'est dans son corps que le yogi
Demeure heureux, libre d'autrui.
Ermitages perdus de montagne,
Au-delà de toute saisie,
Formes vides, rêves et lunes d'eau,
Réalisés sont purs domaines !
Au cœur des royaumes illusoires,
Formes, vacuité, félicité!
Composé par KTGR, traduit par le groupe français en Corse 1977

(Tibetan p 564)

L'esprit, source de joie et peine
Sondé n'a plus de références.
Au repos seule elle demeure
La Claire Lumière en son flot,
Félicité d'avoir trouvé
La vraie nature de ton esprit !
L'esprit, source de joie et peine
Sondé n'a plus de références.
Au repos seule elle demeure
La Claire Lumière en son flot,
Félicité d'avoir trouvé
La vraie nature de ton esprit !
(Rimpoche en Corse chez Mimi et Georges, 1997.)
AccueilBio. de KTGREnseignementsChantsMarpa Foundation
Yogi Cœur léger
Yogi, tu as le cœur léger,
Toi qui obtins un jour raison,
Bandit d'un trou noir échappé,
D’une terre natale, cette prison !
Yogi tu as le cœur léger,
Pur-sang rendu à sa passion.
Ton esprit libre est dégagé
Des étroites compréhensions !
Yogi tu as le cœur léger,
Tel un daim blessé dans sa chair,
Mais à couvert, hors de danger,
Tu restes enfin solitaire.
Yogi tu as le cœur léger,
Comme l’aigle dont l’aile trace dans l’azur,
Son cercle sans jamais déroger,
Tu gardes le cap d'une vue sûre!
Yogi tu as le cœur léger,
Comme l'inobstrué pinacle
Des nuées à l’hyperborée, 
Ton chemin s'ouvre sans obstacles !
Yogi tu as le cœur léger, 
En l’expérience que tu veilles,
Tel son trésor blanc, le berger,
Lumière et vacuité s'éveillent!
Yogi, tu as le cœur léger,
Comme le Mérou au temps qui passe
Et prétend ton mental assiéger,
Ton assise de roc fait face !
Yogi, tu as le cœur léger,
Le grand bruissant fleuve qui avance
Et roule ses lourds flots inchangés,
Est à l’image de cette sapience !
Yogi, tu as le cœur léger,
Le grand bruissant fleuve qui avance
Et roule ses lourds flots inchangés,
Est à l’image de cette sapience !
Tibetan p 564
Yogi tu as le cœur léger,
Tu es l’aube du petit matin,
Midi et son ciel enflammé,
Ta lumière touche chaque destin !